Vitaculture de la lettre H

Publicités

Stella Polare dans son concept de vitaculture défend les droits de la lettre H. Elle a adressé la lettre à l’Académie Française dans laquelle elle a exposé ses arguments à ce sujet.

Voici la lettre entière :

« Madame la Secrétaire Perpétuel,
 
 Par la présente je m’adresse à votre sagesse, à votre expertise dans la langue française et à vos coeurs humanistes. Cette lettre vise à exposer toutes les souffrances que la lettre H subit afin de les f aire cesser et qu’elle puisse avoir une vie pleinement joyeuse.
Aujourd’hui la lettre H est présente dans 49 864 ur 411 430 mots, que compte la langue française soit 12%. Pour autant, la malheureuse lettre H passe phonétiquement inaperçue lors de grands discours comme dans les conversations quotidiennes. Elle peut même être un objet des malentendus, de querelles et par conséquent d’incidents diplomatiques entre pays. La mauvaise prononciation de certains noms ou prénoms de personnes étrangères, engendre une gène chez leurs porteurs qui en viennent à perdre une partie de leur identités.  Malgré le fait que la H est la première dans Homme ou Honneur, la lettre H subit la vie la plus déshonorée et inhumaine parmi ses collègues. Nous l’appelons le H muet, le H aspiré; dans les faits sa valeur phonétique est nulle. Historiquement, cette pauvre lettre H subi cet déchaînement depuis des millénaires, tant au niveau de sa forme ou au niveau de son existence phonétique. En effet, la lettre H est l’initiale du mot hèt dont les racines proviennent la lettre sémitique ח (khêt). Le dernier signifie un enclos, une barrière avec plusieurs barreaux. Le son de la lettre H, éternelle prisonnière muette, ressemble à la violence vécue par l’homme, qui finit par transformer sa voix en cri sourd de tout ce qu’elle a pu vivre lors de son expérience troublée. En revanche dès que nous l’apercevons au milieu de mots, la H joue un rôle séparatiste. Elle semble vouloir se venger de toute la violence subie. En effet, quelle joie de vivre reste-t-il à ceux qui n’ont plus de champs d’expression hormis le jeu de « séparatiste » pour se sentir vraiment vivant? C’est aussi la raison pour laquelle les âmes blessées qui passent inaperçus ont recours aux projets défavorables pour eux et/ou l’humanité entière :

« Le malheur vient sur toi
Tu n’es pas capable de discerner
Le matin qui se renouvelle, 
Et tombe sur toi le présent.
Tu ne pourras le recouvrir
Et viendra sur toi tout à coup 
Shoah, le malheur, la destruction, 
Tu ne sauras pas. »
Source : Le verset 11 du chapitre 47 du Prophète Isaïe.

Tel une esclave enchainée, la lettre H peut se soumettre à l’« amitié » inégale avec seulement quelques lettres. Il en va ainsi lors de concubinages humiliés avec des lettres P, C pour former une sonorité nouvelle. Même les moins heureux mariages donnent naissances à des enfants semblables aux deux parents. Mais les produits de l’union PH ou CH ne sont désormais rien d’autre que les dérivés de C ou P. D’autant plus que certains mots font intervenir la lettre H là ou elle ne doit pas être, en suscitant les désaccords. Encore une fois la lettre H, devient celle qui désunie les admirateurs de langue et pas celle qui les fédère. Est-ce ce dénigrement de la lettre H qui a conduit le Dictionnaire de l’Académie française a avoir recours à elle en 1935, quand le nénufar fut abandonné au profit de nénuphar? Le dernier a suscité beaucoup de discussions. Heureusement aujourd’hui le nénufar n’est plus une faute et la justice historique s’est rétablie.

La langue française a beaucoup changé depuis des siècles et de nouveaux termes sont encore introduits régulièrement. Cela donne l’espoir que la magnificence de la lettre H peut être réellement rétabli, son statut d’esclave aboli pour qu’elle sera enfin libérée et puisse se sentir entière et pleinement joyeuse.

Au vu de ce qui précède, je vous demande de repenser les statuts de la lettre et de lui attribuer une place digne parmi tous ses autres collègues de l’alphabet français. 
 En espérant que la nécessité de la vie joyeuse de la lettre H sera prise en considération et  que ma demande sera satisfaite. Je vous prie, Madame le Secrétaire Perpétuel, d’agréer l’expression de mes sentiments les plus respectueux.


Khulkar Yunusova
Stella Polare (surnom artistique) »

Le confinement éternel de la lettre H

Ici la lettre H enfermé dans la boule transparente, photo, ce sa façon d’exister. La lettre H est couverte par le motif «Jiraffe like Joy». C’est le motif que Stella Polare utilise pour exprimer toute la nature et le rapport temps/joie dans les histoires et différentes situations. Taille : 46×30 cm, date de création : 2021

La H muette
La H est créee à partir de film alimentaire, transparent, fragile, collant aux surface et nonbiodégradable.
Ce média a été choisi pour souligner l’artificialité de la H muette. 
Cette convention n’est pas naturelle. 
Comme toute convention elle est crée par les hommes.
Taille : 27×19,3 cm, 
date de création : 2021

H comme Hasard

taille : 2×1 m

Le concept des essais cliniques est assez ancien, il a été introduit et formalisé Avicenne en Kitab Al Qanûn fi Al-Tibb – (livre des lois médicales) » notamment les 7 lois sur le médicament :

  1. Le médicament doit être pur et libre de tout caractère externe accidentel ;
  2. il doit être utilisé sur une maladie simple et non pas sur une maladie complexe ;
  3. le médicament doit être testé avec deux types de maladies contraires, parce que parfois un médicament guérit une maladie par ses qualités essentielles et une autre de façon accidentelle ;
  4. la qualité du médicament doit correspondre à la force de la maladie : par exemple, il y a certains médicaments dont la chaleur est inférieure à la froideur de certaines maladies, de sorte qu’ils n’ont aucun effet sur eux ;
  5. le temps d’action doit être respecté, de sorte que l’essence et l’accident ne soient pas confondus ;
  6. l’effet du médicament doit être permanent ou dans de nombreux cas, sinon ce peut être un effet accidentel (lié au hasard) ;
  7. l’expérimentation doit être faite sur le corps humain, tester un médicament sur un lion ou un cheval ne pourrait pas prouver quoi que ce soit quant à son effet sur l’homme.




H comme l’Homme
Cette fois-ci c’est le texte de la Déclarations de Droits de l’Homme. La superposition de textes sur le verre cassé est recollés.
 L’oeuvre questionne la conscience de l’Homme de ces de droits surtout dan la condition de pandémie de coronavirus. 
Pendant la pandémie l’artiste avait le sentiment que l’odorat était tellement souligné comme l’une de signe que la personne n’a pas de Covid que cela faisait partie de l’intégrité humaine. Taille : 2×1 m, 
année de création : 2021
Les cornes de la lettre H
Puisque la H est très souvent muet, l’artiste a pensé necéssaire de s’interesser au language des sourds dans la recherche de la vitaculture de la lettre H. Le H dans le language de signes est est un geste de la main formée par un poing fermé dont seuls l’index et l’auriculaire sont tendus. C’est le même que le signe des cornes ou « cornes du diable ». 
Photos, dyptique, taille : 46×30 cm chacun, 2021
«Minotaure ou confinement», 
dessin créée sur l’ordinateur, 2020.
Le dessin a obtenu la couronne de Tretyakovprize en 2020.
L’histoire de signe de geste de la main formée par un poing fermé dont seuls l’index et l’auriculaire sont tendus remonte à l’Antiquité. 
L’origine est attestée dans l’Antiquité grecque avec l’histoire du Minotaure. Le Minotaure est un être cornu, né d’une relation entre la reine de Crète Pasiphaé et un taureau crétois. Le peuple, se sentant trahis le rappela à son roi Minos en évoquant le geste des cornes.

1er sortie « des 88 sorties de Minotaure ». Cela touche le sujet de la lettre H, un des axes de mon travail. En langue des signes français le H se signifie de la même manière que le diable avec les cornes. L’origine de ce geste est attestée dans l’Antiquité grecque avec l’histoire du Minotaure. Le Minotaure est un être cornu, né d’une relation entre la reine de Crète Pasiphaé et un taureau crétois. Le peuple, se sentant trahis le rappela à son roi Minos en évoquant le geste des cornes. En 2020 ce dessin de « Minotaure »/ »Confinement » a obtenu la couronne de Tretyakov Prize. Aujourd’hui après 2 confinements et possiblement avant le 3ème confinement j’ai commencé mon projet « Les 88 sorties de Minotaure ». Dans le premier foulard il sort à Puteaux, il y a le visuel de la mairie de Puteaux, du puit (Puteaux est la ville des petits puits), le Moulin de Chantecoq. Dans la collection 88 foulards sont prévus comme le souhait de bonne chance à tout le monde. Taille de foulard: 200×40 cm, Peint sur soie et roulotté à la main 


H comme Hashtag
Aujourd’hui les nouvelles technologies font partie de notre vie quotidienne. Avec le développement des sciences et des moyens de communication, le progrès s’accélère de plus en plus. Ce dernier améliore notre vie et nous donne l’espoir d’un futur meilleur. 
C’est l’histoire d’un Homme contemporain qui essaye de se référencer le mieux possible à travers ses publications sur internet. En quête de sa renommée et du désir d’être le plus connu possible, le hashtag devient sa foie primordiale à travers laquelle il voit la lueur du bonheur. Mais est-ce vraiment le bonheur si le cadre du hashtag peut étouffer sa personnalité et lui faire perdre le lien avec son âme? Il peut oublier ce que sont les vrais sentiments, voire s’emprisonner par le cadre des hashtags populaires. Alors les questions sur la vraie personnalité de l’Homme se posent, sur ses vrais sentiments.L’univers intérieur de l’individu devient (artificiellement ?) profond. Quid des relations avec notre entourage intime ? Le hashtag est il le miroir de nous même ? Est ce la vie réelle ? Life ? #life ?
2018, mirroir, 75×75 cm.
Exposé en Biennale de l’Art contemporain 2018 en Ouzbékistan.
L’oeuvre est actuellement à Tachkent, Ouzbékistan

cv

Projets principaux

2020 – couronne de Trtetyakov Prize 2020

2020 – « Institut d’Ouzbékistan »

2020 – co-organisateur du projet « Pensées vivantes » en collaboration avec le Musée de l’art contemporain Ruhsor et l’équipe d’artistes d’Ouzbékistan au Musée d’État de Boukhara.

2020 – projet «Motifs de l’âme ouzbèque» lors de Oriental Fashion Show, Carrousel du Louvre, Paris, France

2020 – projet « Not Me » au festival du théâtre expérimental « Imitation », Samarkand

2019 – projet « Route de la soie » 2019 à l’événement du même nom au Château d’Arnières, France

2019 – projet «Enfants – fleurs de la vie», l’UNESCO «Art sans frontières», Paris, France

2019 – Projet « Enfants – fleurs de la vie » au Musée d’État de Boukhara dans le cadre du « Dialogue », organisé par Normurod Negmatov; Le magazine Sputnik a reconnu le projet Stella Polare comme le projet le plus émouvant de tout l’événement Dialogue.

2019 – projet «Il y a une lettre pour vous», curateur, Normurod Negmatov, Aysel Gallery, Samarkand, Ouzbékistan

2019 – projet «Je suis heureux (a), Centre spirituel et culturel russe, Paris, France

2019 – projet «Enfants-Fleurs de vie», Galerie Bonum Factum, Tachkent, Ouzbékistan

2019-18 participation au salon d’art «Art Shopping» au Carrousel du Louvre, Paris, France

2019 – Exposition personnelle «Motifs de l’âme ouzbèke» à l’Ambassade d’Ouzbékistan en France, Paris, France

2019 – Projet Feux d’artifices, Ball « Tsars et des Tsarines » au Cercle Intéralié, Paris, France

2018 – Biennale internationale d’art contemporain, Tachkent, Ouzbékistan

2018 – Projet personnelle «Recycle» à la Maison de la photographie de Tachkent, Tachkent, Ouzbékistan

2018 – Exposition solo «Femme» à la LCL Bank Versailles Paroisse, Versailles, France

2016 – Exposition personnelle « Stella Polare » en Alliance Française, Tachkent, Ouzbékistan