Motifs de l’âme ouzbèque

Publicités
Autoportrait
10х1.5 mètres
Autoportrait

Dans son projet dédiée sur le motifs, Stella Polare étudie les symboles liés à la culture ouzbèque dans le contexte du concept de vitaculture, l’urgence de la joie.
En effet, elle questionne les aspects visuels des anciens symboles sacrés et analyse les possibilités de nouvelles significations.
Les séries «Les motifs de l’âme ouzbek» ont été imaginées et réalisées sur les couches de néoprène pour désigner le terme géologique «strate», vue le sujet était liée aux origines de l’artiste. L’artiste a repris les motifs qui figurent sur les suzani, brodéries nationales ouzbèques tout en gardant la signification de symboles initiaux. L’ornement national ouzbek est un phénomène étonnant par sa beauté et sa grâce.
Perçu par beaucoup comme un art décoratif, chaque motif porte un sens, quelque part un caractère curatif et quelque part un caractère protecteur, et quelque part voeux de prospérité et tout le meilleur. L’artiste associe ces motifs au goût de l’enfance, à l’odeur des paysages indigènes, à la voix des grands-parents, à la bénédiction touchante des aînés et font partie intégrante de l’univers artistique de Stella Polare. 12 planches présentés sont les images de cornes de moutons, cotton, les amandes, les scorpions, les concombres et les autres qui figurent sur les suzani.
Chacun des tableaux présentés révèle la sensibilité de l’artiste aux symboles et les sens de leur signification pour son âme. Ainsi les suzanis dessinées par sa main deviennent le reflet de la personnalité de l’artiste. Dans le cadre de ce projet Stella Polare a également présenté son autoportrait, un dessin de 10 mètres. Ce dessin représente la beauté de corps de chaque personne et la richesse génétique de chacun(e) possède dans son ADN et devient une partie incontournable dans la diversité de l’humanité. Ayant vécu plus de 10 ans en France, ce projet est la fouille de ses comportements, des paternes innées, programmés dans l’ADN de l’artiste. Puisque le projet touche les racine de l’artiste, il a été exposé à l’Ambassade d’Ouzbékistan en France pour la première fois en mars 2019. Cette série a été présenté au Louvre (2020) et Château d’Asnières (2019).